Edito Special : Pelerinage de Saint Gens 2018

3 juin 2018

Dans cet Edito spécial retrouvez le discours du président de la confrérie de Saint Gens lors du repas le dimanche de Saint Gens.

"Chers Amis, Chers Confrères,

C’est toujours une grande émotion mais néanmoins une grande joie, de prendre la parole à cet instant, ne pouvant commencer ces quelques mots sans avoir une pensée pour Monique Lambert qui nous a quittés récemment. Si dévouée auprès de nos jeunes porteurs durant tant d’années, nous souhaitons redire toute vive reconnaissance à sa famille. Sans oublier, aussi, toutes celles et ceux qui ne peuvent être parmi nous pour raisons de maladie ou de grand âge.

Monseigneur Cattenoz, qui a présidé la messe de ce matin, m’a chargé de l’excuser car il se faisait un plaisir de partager ce repas, mais il a dû nous quitter, devant partir pour Lourdes dans l’après-midi. Nous savons combien il soutient notre pèlerinage auquel il participe chaque fois qu’il le peut car, comme la plupart d’entre nous, il est souvent venu en ces lieux chercher la quiétude et l’aide de notre Grand saint Gens. Sachez que j’ai eu l’occasion de lui dire également un grand merci de nous avoir donné la chance de bénéficier de l’aide spirituelle de cette jeune communauté des Frères Carmes Messager de l’Esprit Saint, installée depuis peu à Monteux, et dont les Pères William et Silvio sont les représentants aujourd’hui. Nous leur souhaitons toutes les grâces de notre Saint Patron pour accomplir leurs tâches et nous saluons la toute première intervention du Père Silvio dans son édito du dernier numéro de l’Echo de Saint Gens...auquel vous êtes tous abonnés bien sûr !

Mais pourquoi, depuis près de 890 ans, venons-nous chaque année par milliers, des jeunes, des anciens, en vélo, en voiture, en jardinière, à pieds, en ce lieu, escortant les jeunes porteurs et marchant sur les traces de nos aïeux ? N’y a-t-il pas là une certaine manière de dire merci à celui qui nous a montré le chemin, ouvert la voie ? Nous savons que Saint Gens intercède pour nous auprès de Dieu et cela nous rassure, nous réconforte, mais surtout nous invite à l’imiter : Puissions-nous retourner de cette Valsainte en éprouvant le bonheur d’avoir retrouvé la paix de l’âme, le renouveau dans nos convictions et remplis d’espoir en nos cœur et d’amour pour notre prochain. Comme sur le tronc du vieux chêne, sur son reliquaire Gens s’appui : Puissions-nous à travers lui, trouver le socle de notre raison d’être et retrouver l’espérance.

Gens, patron de notre Provence, ouvre la marche et nous montre la voie : son chemin, qui fût celui de la souffrance, devint celui de la joie en trouvant ici ce qu’il cherché : la présence de Dieu ! Comme lui, partageons ce même bonheur.

Tout pèlerinage demande un effort : un effort physique pour les porteurs, dont je salue ici le courage, et un effort spirituel pour les pèlerins. Les premiers auront, ce soir, la fierté d’avoir accompli leur devoir ; les seconds, éprouveront une certaine reconnaissance envers celui qui les a toujours protégés, comme en attestent toutes ces intentions de prière laissées en témoignage sur un cahier dans le sanctuaire. 

Amis Jubilaires, vous êtes l’exemple pour ces jeunes porteurs en devenir ; ils sont l’espoir d’une jeunesse qui croit et qui prendra le flambeau. Tous les ingrédients sont là ! La réouverture d’une partie de notre chemin ancestral du côté du marché gare, la restauration de la chapelle Notre-Dame des Grâces, mais aussi l’implication de nos charretiers, accompagnateurs et commissaires, font de ce pèlerinage une vraie dévotion.

En cette journée de fêtes des mères, je voudrais, au nom de la Confrérie, souhaiter à toutes les mamans ici présentes une bonne fête et dire combien elles ont leur place à nos côtés, et remercier toutes celles qui œuvrent dans l’ombre.

Je remercie toutes les personnalités qui nous font l’honneur de leur présence, Monsieur le Maire, Madame Morel, nos prêtres, ainsi que la communauté Palavra-Viva qui nous accueille. Des remerciements tout particuliers à l’ensemble du bureau de la Confrérie qui m’accompagne, sans oublier, bien sûr, l’équipe des personnes qui encadrent nos jeunes porteurs.
Alors réjouissons-nous de voir que chacun fait de son mieux pour que tout concourt au maintien de notre belle tradition. Et sans aucun doute le Bon Dieu, et Notre-Dame de l’ermitage doivent être heureux quand ils entendent crier de tout notre cœur :
VIVO SANT GENT !"

Patrick Clement, Président de la confrérie de Saint-Gens