La confrérie de Saint Gens

8 octobre 2015

Extrait de la thèse d’Eliane DENECHEAU-MAMAN : (1996)

La Confrérie comportait « 231 confrères : paysans, artisans, prêtres ». Selon l’Abbé BRESSON, en 1692, Joseph-François de GUALTERI, président de la chambre Apostolique du Comtat Venaissin, en aurait été élu prieur. CAMBIS-VELLERON précise qu’il mourut évêque de Vaison la Romaine en 1723. Selon lui, également, « les statuts de la Confrérie sont confirmés le 30 mars 1676 par Gaspard LASCARIS évêque de Carpentras sur requestre de Gaspard VEYRON, prestre et Vicaire perpétuel de la paroisse ».
La Confrérie de Monteux publie ses « statuts » en 1677. Elle est à cette date érigée "canoniquement" par l’évêque de Carpentras à la demande des prieurs et de plusieurs confrères. Elle existait effectivement "depuis des temps immémorables" et " la dévotion envers le grand Saint augmente tous les jours de plus en plus"

La Confrérie peut recevoir des hommes qui ont notamment pour mission de porter la bannière de Saint Gens aux processions "ordinaires" et à celles du jour de la "feste… au lieu de la solitude…dans le territoire du Baucet".
Les "dimanches et Festes" les prieurs doivent allumer deux cierges à l’autel de Saint Gens … et peuvent faire la "queste" dans l’église avec une "böate fermée à deux clefs"…
Un autel avait été consacré à Saint Gens dans l’église de Monteux en 1629 ».

A ce jour la Confrérie de Saint Gens compte 125 membres. Elle a pour but le maintien du culte de Saint Gens ainsi que l’organisation du bon déroulement du pèlerinage et du choix des porteurs. Elle est très engagée dans la restauration de l’ermitage et se soucie du patrimoine laissé par ses prédécesseurs (statue, jardinière, écurie, vitraux, tableaux, etc.…).
De même, elle veille à la bonne gestion de l’ermitage et l’accueil des pèlerins.
Sur le plan social, elle apporte une aide financière et morale aux personnes nécessiteuses, sans distinction d’opinion politique, de religion ou de race, mais toujours dans la discrétion. Elle se veut de prêter une oreille fraternelle à toute souffrance et à toute détresse.

Tout homme qui souhaiterait intégrer la Confrérie devra faire une demande par écrit et accompagnée de son parrain qui pourra, le cas échéant, démontrer sa détermination et son engagement religieux au sein de notre communauté paroissiale. Depuis une dizaines d’années nous sommes heureux d’accueillir de plus en plus de jeunes dans nos rangs.