Les amis de l’orgue

8 octobre 2015

Le Grand Orgue de Notre-Dame de Nazareth

Une belle aventure…

Vingt cinq ans se sont écoulés depuis la création, en janvier 1990, de l’association des amis de l’Orgue de Monteux !

Village natal de Nicolas Saboly (1614-1675), célèbre pour ses Noëls, Monteux ne possédait pas d’orgue dans son église paroissiale Notre-Dame de Nazareth.
En 1989 germait l’idée d’acheter un instrument d’occasion, idée très vite abandonnée pour laisser place à plusieurs projets neufs, dans le but de compléter de façon originale le patrimoine organistique de la région, déjà riche d’instruments anciens.
Ainsi naquit l’association, suivie peu après du lancement d’une souscription. En 1996 se présenta l’opportunité de récupérer le grand orgue de l’église Saint-Martin d’Arenc (Marseille) donnant un nouvel élan à notre association. Construit par le grand facteur d’orgues Cavaillé-Coll Mutin en 1919, cet instrument de 21 jeux sur deux claviers/pédalier, propriété du diocèse de Marseille et muet depuis de longues années, avait vu sa tuyauterie pillée mais il conservait son buffet en deux parties, en chêne massif. Cette configuration permettait d’emblée de l’imaginer dans l’église de Monteux, de part et d’autre des vitraux de Saint Gens et Saint Jean-Baptiste…
Il fut alors question de restituer cet orgue dans sa disposition d’origine. Mais il fallait une tribune pour le recevoir. Financée par la Ville de Monteux, la tribune fut réalisée en 2009, en accord avec la commission d’Art Sacré, dans un style épuré avec notamment sa balustrade en verre transparent afin de n’occulter aucune partie de l’orgue. Son élégance permet au tambour d’entrée de s’intégrer parfaitement à l’ensemble du buffet.

Une opportunité peut en cacher une autre !

En juillet 2007, nous avons connaissance de la vente aux enchères d’un orgue privé, à Senlis, comportant une console de 5 claviers, 24 jeux, à transmission électrique et sans buffet. Ainsi nous avons pu compléter la tuyauterie manquante dans l’orgue « Cavaillé-Coll-Mutin » et avoir une console mobile à placer dans la nef, à proximité du chœur !
Après cette heureuse acquisition, c’est au facteur d’orgues Bernard Thourel que fut confiée la réalisation du nouveau projet intégrant les deux instruments et élaboré par le maître d’œuvre Jean-Robert Cain.

Une palette sonore riche
Le projet définitivement adopté propose une riche répartition des timbres (59 jeux) sur six plans sonores (5 claviers manuels et 1 pédalier) avec de nombreux jeux de détail (flûte, hautbois, galoubet, violoncelle, trompette, clairon, cornet, etc.…) permettant d’interpréter un vaste répertoire couvrant plusieurs époques.

Tradition et modernité
L’ébénisterie de la console mobile fait l’objet d’une attention particulière afin de s’harmoniser totalement avec le mobilier ancien du chœur de l’église. Réalisé en bois de noyer, olivier et palissandre, cet écrin renferme un système de commande électronique complexe, offrant à l’organiste un confort d’utilisation aussi remarquable que rare. Un combinateur permet, par ailleurs, la mise en mémoire de centaines de registrations. Une transmission numérique sans fil (ELTEC) relie les claviers à la partie instrumentale située en tribune dont le buffet dissimule quelques 3000 tuyaux !
Enfin, on notera l’intérêt d’avoir la console à proximité de l’action liturgique, intérêt que l’on retrouvera pour les concerts où l’organiste peut jouer aisément avec d’autres instruments et être vu du public comme tout musicien !

Une large mobilisation
La souscription lancée dès l’origine du projet de l’orgue s’est développée de façon croissante grâce à l’idée de pouvoir graver son nom sur un tuyau, associant ainsi l’identité de chacun à la concrétisation de cette belle aventure : participer à la création d’un patrimoine vivant, au service tout autant de l’art sacré que de l’animation culturelle de notre ville ! Cet effort a été également très encouragé par le soutien financier apporté par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur et le Conseil Général de Vaucluse.

Bénédiction, inauguration et création d’un festival d’orgue en décembre 2010
Les orgues ont cette originalité de posséder un rituel de bénédiction au cours duquel s’instaure un dialogue entre le célébrant et le nouvel instrument : l’Orgue répond à Monseigneur Jean-Pierre Cattenoz Archevêque d’Avignon par de courtes improvisations.
Mais ce rituel est aussi le prélude à une série de concerts qui vont constituer le premier festival d’Orgue de Monteux, offrant à tout public la possibilité de découvrir les multiples facettes d’un instrument qui demeure toujours un peu mystérieux.

Amélioration et détermination
Depuis 2011, l’orgue de Monteux fait l’objet d’une attention très particulière : son entretien est assuré par la Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues (Lodève). Les nombreux festivals qui s’y succèdent chaque année avec succès démontrent notre détermination à participer à la mise en valeur du patrimoine organistique régional dont l’instrument de Monteux est l’un des éléments les plus remarquables.